Accueil
 > Rapports de TEC > Blogue de TEC > Trois tendances en visualisation de données

Trois tendances en visualisation de données

Écrit par : Jorge Garcia
Date de publication : décembre 21 2011

La plus grande valeur d’une image est lorsqu’elle nous force
à remarquer ce que nous ne pensions pas voir.
(Traduction libre)
—John W. Tukey.
Exploratory Data Analysis. 1977.

La visualisation des données est au centre de la veille économique (BI), puisque c’est de cette façon que les données sont transmises à l’utilisateur. Les résultats, les suggestions d’alertes ou même la supervision contrôlée sont traités par la fonction de visualisation des données d’une application de BI. Peu importe l’importance accordée par les éditeurs à l’esthétique de la visualisation, tous s’entendent sur le fait qu’une application de BI ou d’analyse de valeur et de rentabilité nécessite un cadre de visualisation qui est clair et épuré afin d’être en mesure de communiquer le message voulu. Voici trois tendances majeures qui refaçonnent l’espace de la BI et de l’analytique :

1. La mobilité

L’écosystème de la veille économique se retrouve au centre d’énormes progrès quant à la façon de consommer les données. L’application des technologies mobiles à la veille économique a permis aux travailleurs de l’information et aux décideurs de consulter des données, peu importe l’endroit où ils se trouvent.

Initialement, les téléphones intelligents ont présenté un défi de taille aux éditeurs (fournir des visualisations convaincantes sur de très petits canevas), mais avec l’émergence des tablettes numériques, ce défi n’est plus vraiment d’actualité. À présent, les éditeurs de BI ont de plus grands canevas sur lesquels offrir leurs outils de visualisation à leurs clients. Toutefois, de nouveaux problèmes sont survenus en raison de la grande diversité des appareils mobiles utilisés : ces appareils sont-ils faits pour les affaires ou sont-ils personnels?

Comme l’a partagé Wayne Eckerson sur son blogue, certaines organisations adaptent la stratégie d’infrastructure mobile de leur entreprise afin d’accommoder les appareils mobiles de leurs employés. Cette individualisation de l’utilisation des appareils mobiles favorise l’évolution des produits de BI mobiles dans deux domaines particuliers :

La transparence de l’appareil

Les éditeurs de BI mobile tentent d’offrir à leurs utilisateurs l’accès à différents types de plateformes et d’appareils mobiles. Certains éditeurs de BI mobile s’appuient sur l’adoption et la prédominance en masse d’un certain type d’appareil mobile, comme le iPhone ou le iPad d’Apple, ou d’une certaine plateforme, comme Android. De tels éditeurs comprennent RoamBI avec sa visualisation et ses graphiques intéressants, Yellowfin qui offre un ensemble de caractéristiques prêtes à être utilisées et QlikView avec sa nouvelle approche de BI et d’analyse in-memory.

D’autres éditeurs prennent une approche assez large afin de permettre aux utilisateurs d’accéder à leurs données à partir de presque tous les types d’appareil mobile intelligent. Tel est le cas de LogiXML avec son design portable et adaptable basé sur les technologies Web. Transpara, avec une architecture indifférente au type d’appareil utilisé, est prête à être utilisée avec une grande variété de systèmes de BI. ComponentArt permet le développement de tableaux de bord mobiles avec Silverlight ou Windows Presentation Foundation (WPF), et la publication de données avec HTML5 afin que les organisations puissent créer des tableaux de bord pour presque tous les types d’appareil.

L’architecture côté serveur pour une consommation de données sécuritaire

Se lancer dans les applications mobiles représente un défi pour la veille économique; il faut protéger les données à toutes les étapes du processus d’analyse, principalement durant la transmission de données et l’accès à l’appareil. Pour cette raison, plusieurs éditeurs optent pour un produit mobile qui fournit des fonctionnalités par l’intermédiaire d’une architecture côté serveur avec une infrastructure Web comme le HTML5. L’information peut ensuite être entreposée, gérée et transmise grâce à un serveur de BI mobile, où le risque d’exposer les données confidentielles est plus faible que celui encouru en les stockant sur un appareil mobile qui peut être volé. Tandis que cela peut représenter un sacrifice de la flexibilité fournie par les applications clients qui se trouvent sur l’appareil mobile, plusieurs éditeurs de BI mobiles croient que des cadres de travail comme le HTML5 offriront bientôt des capacités de flexibilité et de navigation égalant celles des applications clients.

2. La géolocalisation

Selon le livre blanc de Pitney Bowes, Location Intelligence: The New Geography of Business, « plus de 80 % de toutes les données conservées par une organisation ont une composante de localisation. » (Traduction libre)

Avec la mobilité, l’ajout de capacités de cartographie et de géolocalisation dans les applications de BI améliore toutes les étapes du processus de BI. La capacité de gérer des cartes, chercher l’information selon une région particulière ou utiliser des données qui sont actualisées automatiquement selon un endroit particulier peut mener à une expérience de visualisation de données plus riche pour l’utilisateur. Bien sûr, la veille de localisation va au-delà de la portée de l’aspect de visualisation des données de la veille économique, mais c’est durant l’étape de la visualisation de données que les capacités de localisation et de cartographie affichent le plus clairement leur avantage concurrentiel potentiel.

Bien que la technologie soit nouvelle, les processus associés à la veille de localisation ne le sont pas. Les gens ont toujours souhaité découvrir la meilleure façon de faire des affaires au sein d’une région : la localisation géographique d’une boutique, la différence entre les différentes grandeurs de marché selon la région, les études de prix et de compensation quant à certaines régions, etc. Les nouvelles technologies pour la création de systèmes d’information géographique (SIG) comme Esri, de nouvelles applications et de nouveaux outils comme MapServer, ainsi que des applications de cartographie Web comme Google Maps sont combinés aux meilleurs outils de BI afin de créer un nouveau type d’outils pour l’analyse de données géographiques.

Certains éditeurs offrent déjà des capacités de cartographie qui prennent trois formes principales :

  • L’intégration d’un produit provenant d’un tiers à un système principal de BI — Tel est le cas de IBM Cognos et SAP BusinessObjects qui ont intégré des cartes Esri ArcGIS à leurs produits de BI existants. Cela leur permet d’offrir des caractéristiques de cartographie et une représentation spatiale des données qui est intégrée à leurs capacités d’analyse internes.
  • Les applications de veille de localisation natives — Les produits qui se concentrent sur la veille de localisation dès le départ comme SpatialKey, MapInfo Analytics de Pitney Bowes et GeoBI, un prestataire de services de veille de localisation à code source libre, ou les éditeurs qui ont ajouté les SIG dans leur produit comme SAS avec SAS/GIS, ont des caractéristiques faciles à utiliser afin que les organisations puissent en profiter immédiatement.
  • Les services de cartographie Web tels que Google Maps et Bing Maps offrent des visualisations et des services de cartographie grâce à des outils qui sont déjà disponibles.

Discrètement mais sûrement, l’analyse de la géolocalisation et la cartographie est adoptée par presque tous les éditeurs de BI et devient peu à peu la norme. La localisation est un critère de base pour faire des affaires.

3. Un composite de données

Avoir la liberté d’utiliser l’information provenant de sources diverses, l’intégrer et en effectuer des analyses a longtemps été le rêve des travailleurs de l’information et des décideurs; et un cauchemar pour l’équipe de BI. Mais la capacité de mixer les données de différentes sources est une façon facile de gagner la faveur du public. Les techniques de composite de données ont été élaborées pour recueillir tant les données structurées que non structurées, de les intégrer à un seul endroit et de permettre aux utilisateurs d’interagir avec ces dernières à des fins d’analyse et de découverte.

Du point de vue de la visualisation de données, cela signifie une amélioration des autres méthodes importantes pour la présentation de l’information et l’interactivité parmi les utilisateurs. Les cubes de traitement analytique en ligne et les tableaux interactifs, par exemple, permettent une analyse et une interaction visuelle avec l’utilisateur final, mais ils se concentrent sur l’information qui est déjà recueillie et transformée en un seul dépôt, et structurée spécialement dans le but d’en faire l’analyse. Les utilisateurs finaux sont restreints à utiliser cette information pour leur analyse visuelle.

Les composites de données vont au-delà de la visualisation et de l’analyse de données; ils permettent l’intégration facile des données de sources disparates, provenant autant de systèmes internes comme les progiciels de gestion intégrés (PGI) et les systèmes de gestion de la relation client (CRM) que de sources externes comme les données de transmission en continu et les données Web. Elles peuvent être rapidement personnalisées afin d’offrir aux utilisateurs des outils de découverte et de visualisation rapides.

L’objectif des composites de données est donc de combiner et de transformer les données. Au fond, les utilisateurs peuvent « glisser-déposer » leurs données afin de créer un nouveau cadre d’analyse de manière à obtenir une nouvelle perspective avec l’information disponible, souvent en temps réel.

Plusieurs applications de composites de données tirent avantage des technologies sémantiques, des services Web, ainsi que d’autres technologies afin de permettre la cueillette, l’intégration et l’analyse de l’information provenant d’un tableau de bord visuel composite. Les exemples comprennent : InetSoft avec son application de BI Style Intelligence, TIBCO Spotfire, un fournisseur d’analytique expérimenté et JackBe avec Presto qui met l’accent sur le traitement de données en temps réel.

Conclusion

Le bonheur diminue à mesure que l’intelligence augmente.
D’ailleurs, j’ai fait un graphique. J’ai fait un tas de graphiques.
—Lisa Simpson, Les Simpson. Épisode 257.

Un nombre croissant d’éditeurs combinent ces trois technologies afin d’augmenter et changer la façon d’interagir avec les données. Les nouvelles solutions de BI offrent aux utilisateurs l’habileté de combiner divers types d’information au sein de leur analyse, d’associer leurs données à un endroit précis et de les utiliser sur la route. Conçues correctement, ces solutions peuvent améliorer la vitesse et le pouvoir de décision d’une organisation. Considérez la valeur de ces caractéristiques de visualisation lorsque vous effectuerez votre évaluation de logiciels de BI.

 
comments powered by Disqus

Recherches récentes :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z Others

©2014 Technology Evaluation Centers Inc. All rights reserved.